Gallo

url

Le drapeau de la Bretagne constitué pour des franges blanc et noir, représente la dualité qu’existait entre les deux régions. D’une côté les pays bretonnants (Léon, Trégor, Cornouaille, Vannetais) réprésentés par le quatre bandes blanches. De l’autre, les cinq bands noirs pour les pays gallos (Rennais, Nantais, Dolois, Malouins, Penthièvre).

Historiquement, la Bretagne est constituée de cinq départements dont quatre constituent la région administrative : Ille-et-Vilaine, Finistère, Morbihan, Côtes d’Armor et la Loire Atlantique. Ainsi, la Bretagne est divisé en deux : Basse-Bretagne où la langue parlé est le breton (langue celtique) et le Haut-Bretagne où le gallo est utilisé ainsi comme la langue romane d’oïl.

C’est deux langues ont coexisté jusqu’à l’arrivé de la langue français. Cependant, depuis la révolution, le français a été imposé par l’école et les medias. Alors, même s’il est difficile de préciser le nombre des locuteurs gallèsants, le gallo est toujours utilisé pour communiquer.

Présentation historique

Le Gallo est une langue d’origine romance (du latin vulgaire) sur le territoire de la Gaule. La richesse de la langue est due à l’influence d’autres langues à l’aide des guerres et des invasions barbares (Burgondes, Wisigoths, Francs). En conséquence, le gallo n’a pas cessé d’évoluer à force de coexisté avec d’autres langues sur le territoire comme le breton (langue celtique), le picard, le poitevin, le normand (langue d’oïl).

Présentation Linguistique

Comme on le sait, une langue comporte un system de signes verbaux utilisés pour s’exprimer et communiquer. D’ailleurs, La langue définit une communauté. La question de si on peut définir le gallo comme une langue ? c’est difficile à répondre puisqu’on n’a pas établi combien des locuteurs connait la langue et combiens l’utilisent pour se communiquer.

Le gallo a été souvent nommé « patois ». Parler « patois » est connoté péjorativement alors les locuteurs du gallo associent un sentiment de honte au fait de parler cette langue. Ceci nous montre comment l’identité gallèse est souvent vécue négativement. Néanmoins, ce qui est important est la richesse culturelle dont participe la langue. Ce n’est pas « parler de mauvais français », c’est parler une langue comme les autres.

Aujourd’hui c’est grâce aux chanteurs, conteurs, écrivains gallèsants que le terme « gallo » a commence à être connu même si peu des locuteurs se l’approprient. À cause de sa proximité avec des autres langues d’oïl, et l’imposition de la langue française après la révolution, le gallo ainsi comme le breton appartient aux langues minoritaires.

 

Tréhel-Tas Nathalie, (2007), PARLONS GALLO Langue et culture, L’Harmattan.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s